Photo de Pierre Boëls, ERA

La parole à l'ERA

Pierre Boëls, Président de l'European Rental Association (ERA)

L'avenir de notre industrie pourrait être bien plus prometteur que nous le pensons, car la location est un élément essentiel de la relance verte.

Il est important de réfléchir à la crise sanitaire et à son impact sur le secteur de la location de matériel en Europe. Mais il est plus important de regarder vers l’avenir et de se préparer à la phase qui suivra le COVID-19.
Il est clair que la situation n’est pas la même dans toutes les régions et qu’elle diffère d’une société de location à l’autre. Si l’on considère les principaux marchés en Europe, on peut les diviser en 4 grandes zones géographiques, pour leur cohérence tant en ce qui concerne la crise sanitaire que les marchés de la construction et de la location : Europe du Nord (pays nordiques), Europe centrale occidentale (Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Suisse), Europe du Sud (y compris la France, l’Espagne et l’Italie) et le Royaume-Uni. Nous constatons un recul de la taille du marché et des investissements sur tous les marchés, le Royaume-Uni étant le plus durement touché.

Au plus fort de la crise sanitaire, en avril, l’activité de location d’équipements en Europe du Sud a connu une incroyable baisse de revenus entre 60 et 85 %. Les sociétés de location d’Europe du Nord et d’Europe centrale ont également été durement touchées et ont perdu entre 20 et 60 % de leurs revenus en avril. La crise COVID-19 a également entraîné des difficultés au niveau des contrats avec les clients, de la maintenance et de la sécurité des équipements, ainsi qu’une détérioration des conditions de paiement, entre autres. Les perspectives du secteur de la construction sont incertaines, très peu de nouveaux projets sont lancés, et le secteur de l’événementiel a été paralysé.
Cette crise sans précédent a également eu un impact positif sur plusieurs tendances. Cela ne signifie pas que de nouvelles tendances sont apparues en raison de la crise, mais que la crise a accéléré l’adoption de tendances telles que la numérisation et le télétravail.

En ce qui concerne l’avenir de l’industrie de la location, elle sera très liée à l’industrie de la construction. La question la plus importante est de savoir dans quelle mesure le marché de la construction va se redresser au cours des 12 à 18 prochains mois. Toutefois, l’avenir de notre industrie pourrait être bien plus prometteur que nous le pensons, car la location est un élément essentiel de la relance verte.

En décembre 2019, l’UE a présenté dans le «Green Deal» Européen, ses plans pour devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050. En commençant par la «loi sur le climat», qui fera des émissions nettes de carbone zéro d’ici 2050 un objectif juridiquement contraignant et sera directement transposée dans le droit national de chaque État membre de l’UE, le pacte vert fournira un cadre politique ambitieux pour les cinq prochaines années et constituera la base d’une action climatique continue dans les décennies à venir.

Malgré les circonstances difficiles de la crise COVID-19, la question pressante du changement climatique demeure, et le double défi de la récession économique et de la transition verte devrait définir l’environnement des entreprises et des politiques dans les années à venir. En outre, les politiques «essentielles» du Green Deal, telles que l’économie circulaire et la «vague de rénovation» des bâtiments, seraient plus ambitieuses en raison du ralentissement économique. Pour le secteur de la construction, cela signifiera encore une décarbonisation importante afin d’atteindre les objectifs ambitieux du «Green Deal». Cette reprise «verte» durable indique un avenir prometteur pour le secteur de la location
d’équipements, car la location est souvent la meilleure option d’un point de vue économique et environnemental.

Il est bien connu que la location de matériel de construction a un avantage économique. Elle permet de réduire les investissements importants et les coûts de maintenance. Mais elle offre également une plus grande souplesse et réduit les risques. Les entreprises de construction qui ont déjà externalisé leur matériel n’ont eu que très peu de difficultés à posséder leur propre flotte pendant la période de fermeture. Après chaque récession, nous constatons un nombre
croissant de flottes louées par rapport aux flottes possédées. L’étude récente de l’ERA (European Rental Association) sur l’empreinte carbone des équipements de construction montre également que la location d’équipements de construction peut également apporter des avantages environnementaux significatifs. Elle contribue à réduire l’empreinte carbone des équipements de construction. La location peut apporter des réductions significatives des émissions, jusqu’à 50 %.

Compte tenu des défis économiques et environnementaux actuels et futurs, la location de matériel est idéalement placée pour fournir aux acteurs du secteur des équipements de construction les solutions dont ils ont besoin pour sortir de la crise actuelle et s’adapter aux exigences de la décarbonisation et de la transition verte.

En savoir plus sur l'ERA